Interview : La vision du Tourisme de Christine Giraud

Interview : La vision du Tourisme de Christine Giraud

L’histoire de Femmes du Tourisme débute le 8 mars 2005, lorsque le Ministre Délégué au Tourisme réunit plusieurs femmes afin de représenter les différents métiers de notre industrie. Elles peuvent alors prendre la parole et se faire entendre sur leurs attentes et besoins dans leurs métiers. C’est en novembre 2005, que l’association va officiellement naître. Aujourd’hui, on compte environ 150 membres présidée par Christine Giraud, élue à l’unanimité en 2019 succédant ainsi à Agnès Gascoin. Découvrez ci-dessous l’interview de cette femme passionnante et engagée.

 


Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre rôle au sein de Femmes du Tourisme ?

Christine Giraud, chez ABG depuis…. de nombreuses années,  Directrice des ventes agences de voyages France et Benelux.

Présidente de l’association « Femmes du Tourisme », créée en 2005, par une dizaine de femmes représentant différents métiers du tourisme. Nous sommes désormais près de 150 membres. Mon rôle est de dynamiser, de promouvoir l’association, permettre un fonctionnement efficace, transparent et pérenne, et enfin et surtout, de garantir la solidarité dont nous avons tant besoin pendant cette période extrêmement complexe pour nombre de nos adhérentes. Mais je ne serais rien sans notre secrétaire générale, Christine PIOLI qui œuvre, au quotidien, pour l’animation et la bonne marche de notre association.

Quelle sont les objectifs et missions de Femmes du Tourisme ? 

L’association Femmes du Tourisme met en valeur les savoir-être, les savoir-faire, et toutes les valeurs partagées par les femmes. Elle encourage par une forte dynamique de réseau les carrières des femmes dans cette industrie assez masculine du tourisme français. 5 commissions animées par des Présidentes et adhérentes bénévoles, sont les forces vives de l’association.

Nous avons, en particulier, une commission « Talents et Carrières » qui permet d’aider des femmes et des hommes à retrouver un emploi. L’accompagnement se fait notamment grâce à des entretiens organisés par deux consultantes adhérentes et bénévoles de l’association. La diffusion des offres d’emploi et de stages de nos membres permet également de les soutenir dans leur recrutement.

Il est des domaines dans lesquels nous ne pouvions plus attendre que les choses changent, l’égalité Hommes-Femmes a sans doute fait plus de progrès en 70 ans qu’en plusieurs siècles…., mais la plus grande erreur serait de croire que nous avons accompli l’essentiel du chemin. Nous avons fait légalité en droit, il nous faut l’égalité en acte. On ne fera pas un monde diffèrent avec des gens indifférents, dans le tourisme, comme ailleurs !

Comment rejoindre l’association ? Quels sont les critères ?

Avoir un poste à responsabilité depuis au moins 2 ans, dans le secteur du Tourisme privé ou public. Une cotisation annuelle, différente suivant la taille des entreprises, est demandée.  Le site www.femmesdutourisme.org donne plus de renseignements.

Pouvez-vous nous parler du Trophée des Femmes du Tourisme ?

Le Trophée de l’association est un événement annuel, attendu par la profession car il met en valeur plusieurs Femmes d’exception qui ont su s’engager, s’imposer, se diversifier selon un thème donné. En 2019, « Elles subliment l’Art de vivre » a récompensé 3 dirigeantes extra ordinaires qui ont su allier audace, talent et ténacité pour prouver que le Féminin ne se conjugue jamais avec « impossible ».

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’état en charge du Tourisme nous fait l’honneur d’y participer, et Sophie Jovillard, de l’émission « Echappés belles » nous aide à l’animer.

Notre soirée est l’occasion, également, de mettre en valeur et d’aider, modestement, une association caritative, en lien avec le Tourisme, soit par son thème, soit par ses dirigeants. « Imagine for Margo », dont un des parrains est Nicolas Brumelot a pu être ainsi valorisée en 2019.

La crise du Covid 19 et le confinement, ne nous ont pas permis cette année de réaliser notre belle soirée. Je vous donne d’ores et déjà, rendez-vous en 2021.

Comment les Femmes du Tourisme ont-elles pu s’entraider durant la crise du COVID-19 ?

Nous avons pris le parti, dès le début du confinement, de garder le lien avec nos adhérentes.  L’association a continué à œuvrer depuis Mars. Les commissions se sont réunies en Visio, ainsi que le Conseil d’Administration , qui a travaillé sur des thèmes d’actualité, tout en leur adressant une newsletter chaque semaine. Nous avons également organisé 9 Visio-conférences, grâce à des intervenantes très inspirantes, via l’application Zoom. Les thèmes choisis pouvaient les aider personnellement comme économiquement. Ainsi nous avons accueilli Air France grâce à Soline de Montrémy, la Sncf avec Olivier Pinna, les EDV avec Valérie Boned, 2 avocates (Emmanuelle Llop et Marine Vaquette),  Jocelyne Font (Formanova)  pour la partie gestion du stress et communication en période de crise… et tant d’ autres sujets cruciaux nous ont permis, je crois, d’être aux côtés de nos membres et de leur apporter une aide modeste, mais sincère, lors de cette folle période.

Quelle est votre vision sur l’industrie du Tourisme pour les mois à venir ?

Beaucoup de restructurations à venir, donc beaucoup de casses sociales. Mobilité, souplesse et communication dans les entreprises, devront être les mots clefs de l’avenir. J’aime à penser qu’on ne parlera plus d’ « industrie du Tourisme », mais plus d’ « entreprises du tourisme », comme le dit si bien Jean-Pierre Mas !

Le mot de la fin ?

La situation présente bouscule nos habitudes, nos priorités et malmène nos entreprises. Elle interroge nos certitudes les plus anciennes et nous devons plus que jamais être solidaires pour affronter, de façon un peu plus sereine, si c’est possible, le futur. Prendre durablement  conscience que l’amour, l’amitié, la solidarité sont ce qui font la qualité de la Vie.

Chef de projet digital

Méfiez-vous de sa douce voix et de son petit format, notre Marie nous domine dans sa maîtrise des médias sociaux et des nouvelles tendances de communication. Elle écrit nos articles de fonds avec une main de fer, et troque sa main de velours après 19h pour une parfaite maîtrise de l’apéro.