Les émojis sur les réseaux sociaux tourisme et voyages

Les émojis sur les réseaux sociaux tourisme et voyages

2,3 trillions de messages interconnectés (smartphones/ordinateurs) incorporant au moins un sourire vont être envoyés sur l’ensemble de l’année 2020 ! Une estimation faite sur un contexte standardisé qui, au regard du contexte actuel, pourrait voir son nombre à la hausse. Et oui, dans cet article nous allons vous parler d’un outil fun, devenu le meilleur ami du Community Manager : l’emoji.


Les emojis pour transmettre des émotions à vos publications

Derrière leur aspect simple et bon enfant, les émojis cachent un certain nombre de secrets. Mettons-nous dans la peau d’un Champollion et tentons d’établir le contact avec ces hiéroglyphes des temps modernes !

Tout d’abord, sachez qu’un emoji est une arme ultra-puissante à l’heure de la grande dominance du web-social, et qu’il représente un véritable enjeu pour tous les acteurs du Tourisme ! Pour revenir aux origines de l’emoji, il est particulièrement important de souligner l’aspect utilitaire et communiquant qui lui a été attribué dès les prémices de sa création. Pour la petite histoire cet « ensemble de langage » illustré émane d’un projet très sérieux, régit par le consortium Unicode (Vous aussi ça vous fait penser à une de ces organisations à la James Bond 🔫 ?). Cette organisation privée œuvre dans le but de répondre au besoin caché derrière l’appellation « Unicode », à savoir : agréger toutes les langues et dialectes connus à travers le monde, mais aussi toutes les cultures, dont le contenu et les représentations seraient mis à disposition d’un clavier universel. Ce clavier web a été adapté et modifié afin de faire en sorte que tous les individus puissent communiquer entre eux. C’est donc au consortium Unicode que nous devons les premiers emojis mais également tous ceux qui continuent à paraitre pour le plus grand plaisir des professionnels de la communication ! Tous les ans, ce sont eux qui décident de la mise à jour apportée à l’ensemble des emojis. D’ailleurs, avant d’entrer dans le vif du sujet, et si vous êtes intéressé(e), vous pouvez suggérer la création de nouveaux emojis juste ici 👉 Unicode

L’utilité des emojis dans le voyage

Ce n’est tout de même pas exagéré si on affirme que les emojis sont de partout et sur tous les réseaux sociaux depuis environ 2 ans ? Ça vous ravit, ça vous agace ? On pourrait presque vous mettre au défi de nous trouver une publication Facebook, Instagram ou encore un tweet qui n’intègre absolument aucune émoticône dans son contenu !

Alors oui, ces mini-illustrations du quotidien et des voyages (un soleil, un palmier, un volcan, un parasol, un paysage western…) sont pleinement de nouveaux types d’outils social media quand on prend le temps d’y réfléchir. Prenons leur utilisation. Cette dernière repose sur le concept même qui domine les grandes stratégies des réseaux sociaux : faire ressentir une émotion, une expérience à travers une histoire. Quoi de plus pratique et ludique que de proposer à tout un chacun la possibilité de s’exprimer non plus au travers de mots concrets mais au travers d’images ? Les utilisateurs deviennent des concepteurs d’émotion et de jugement. Après tout, ne seraient-ce pas les emojis qui ont permis à Facebook d’augmenter sa palette d’interactions ? Il y a encore peu de temps, l’utilisateur Facebook ne pouvait qu’aimer une publication, le fameux « 👍 ». Une façon un peu dictatoriale (quand on prend du recul) pour laisser libre court à l’appréciation des individus. Depuis, les boutons Facebook ont gagné en diversité et autorisent les abonnés à rire, pleurer, adorer, être en colère… tout ce qui fait la complexité de l’appréciation humaine.

Cette mutation à travers les « emojis d’interactions » a permis à de nombreux Community Managers de revoir l’appréciation globale d’une publication. Avec cette fonctionnalité, plus besoin de déplier des centaines de commentaires pour prendre la 🌡, d’un simple coup d’👁 nous avons désormais la possibilité de savoir si le contenu a globalement plu (ou pas 😥). Une donnée simple qui reflète pourtant la réalité des choses et la dépendance que nous avons développé envers les émoticônes.

En dehors de la connotation d’une humeur à un instant T, l’usage des émojis permet aussi de créer du lien facilement et rapidement. Le nombre toujours croissant de nouveaux emojis, mais aussi les thématiques toujours plus diverses qu’ils couvrent, permettent de renforcer la mémorisation des messages et l’impact des communications. En effet, il y a toute une psychologie cachée derrière les évolutions technologiques et il s’avère qu’une image, aussi petite soit-elle, augmente considérablement la capacité de concentration et de mémorisation. Pour illustrer cela, un petit extrait d’Alice au pays des merveilles :

– « Alice aurais-tu l’obligeance d’écouter ta leçon d’histoire ? »
– Oh excuse-moi, mais je n’arriverai jamais à m’intéresser à un livre sans image, c’est pas drôle !
– Ma chère enfant, il y a dans notre monde de nombreux livres de valeur, qui ne sont pas illustrés !
– Dans votre monde peut-être, mais dans mon monde, les livres ont tous de très belles images »

Ne serions-nous pas de l’avis d’Alice nous aussi ? D’ailleurs, il est observé que les émoticônes octroient une image plus conviviale à qui les utilise. Ils sont preuve de cool-attitude, de fun et peuvent réellement donner une image plus décontractée à votre communication tant qu’ils sont utilisés à bon escient. On pourrait même se demander si, finalement, les émojis n’offriraient pas une richesse de vocabulaire supplémentaire et complémentaire à l’alphabet ! Une question qui vient pleinement appuyer la bonne réussite de la mission du consortium Unicode : intégrer un nouvel alphabet commun au web pour une prise de parole égale à travers les populations mondiales.

Outre la possibilité de rendre beaucoup plus attractif et parlant, tout en simplifiant le contenu diffusé, l’objectif de compréhension globale est aussi la vocation première de l’emoji. De manière universelle, un émoticône 🐑 représentera toujours un mouton. Là où ça se complique, c’est quand on passe à la transition verbale de ce mouton, ne serait-ce qu’en anglais : Sheep. Mais on a aussi Ship, Cheap, Chip, un mélimélo qui n’a pas sa place dans le monde des émoticônes et qui tend à confirmer que les échanges oraux ont tendance à se faire plus rares au profit d’échanges textuels et illustrés. Avouez, ne ressentez-vous pas une différence dans vos habitudes Appels Vs SMS aujourd’hui par rapport à 2014 ?

Revenons sur la cool-attitude dont nous avons parlé juste avant ! L’emploi des emojis permet aussi de mieux établir le contact avec les abonnés sur les réseaux sociaux. Une façon comme une autre de faire ressortir votre sympathie et votre empathie. A travers un discours ponctué d’images et de codes universels, vous descendez de votre échelle et vous mettez au niveau de tout le monde. Vos publications deviennent alors plus palpables et ce sur tous les supports. La constatation est valable sur l’ensemble des réseaux à dominante B2C mais également ceux destinés aux relations professionnelles. Le réseau Linkedin s’est mis à la page et il est devenu classique d’y observer des emojis, même constat pour Twitter. Il se trouve également qu’il existe des émoticônes pleinement adaptés à la sphère professionnel : 🌐📧📈📂🤝 – Un ensemble de supports décomplexant qui permettent d’alléger un message !

Pour tout l’aspect loisir de la sphère touristique, l’emploi des émoticônes semble plus que jamais approprié à la matérialisation du rêve. Car oui, le monde du voyage s’articule premièrement autour d’une seule idée : rêver. Quoi de plus propice au rêve que l’image ? Grâce à elle, on vient appuyer des idées qui sont déjà imagées dans la tête des utilisateurs. On le sait, les photos ou encore les vidéos font partie intégrante d’une publication avec une bonne portée, qu’elle soit organique ou sponsorisée, mais ce qui précède le média, c’est-à-dire le descriptif, va tout autant jouer son importance.

L’utilisation des emojis pour capter ses lecteurs

Le wording des réseaux, que ce soit Instagram ou Facebook, est un levier extrêmement puissant pour générer un engagement qualifié. Bien souvent, les stratégies éditoriales, les textes qui accompagnent les contenus média, permettent de capter l’attention, de faire un « Hey hoooo » virtuel 👋. Bref, un wording optimisé permet de diminuer le scrolling et donc d’améliorer l’engagement à travers des likes, des partages, des commentaires, des saves. Ainsi, on peut constater que les professionnels du tourisme tendent à rendre leurs réseaux sociaux plus bavards afin de répondre à une démarche de « Social Media Optimisation ». N’avez-vous pas remarqué les statuts de plus en plus longs sur Instagram ? Ce réseau social tend à gagner en contenu édito et les emojis sont là pour venir casser le texte dans un but de dynamisation de contenu. Avec une zone de texte pouvant intégrer jusqu’à 2200 caractères et une zone d’affichage sur le feed n’affichant que 125 caractères (soit à peu près 2 lignes), les emojis sont des capteurs d’attention.

La preuve ci-dessous où l’on constate comment une bonne partie des influenceurs voyages captent l’attention et incitent leurs abonnés à cliquer sur le très prisé « suite … »L’enjeu est alors de miser sur ces 2 premières lignes pour mettre en place une stratégie de wording et d’emojis combinés. Les influenceurs « Travel » ont tendance à donner à leur Instagram un statut de microblogging et, sachant que le réseau social n’aime pas les entre deux niveau texte (en effet, les performances des posts sont boostées soit avec un texte très court, ou au contraire, très long), l’emploi des emojis prend alors tout son sens en termes de rythmique et de ponctuation ! Faire trop ou pas assez serait donc une partie de la recette du succès sur Instagram et ce peu importe la taille du compte 😉 ! A votre guise de tester ces deux types de statuts pour réajuster votre stratégie mais sachez que les posts entre 1 et 50 caractères ne représentent plus que 6.6% des publications en 2019 et que, désormais, 36% des messages intègrent plus de 300 caractères.

Ces chiffres de performances proviennent d’une étude réalisée par Quintly, une solution d’analyses d’insights dédiés au Social Media qui a analysé, en 2019, plus de 5,9 millions de publications. Des données récentes qui reflètent donc les tendances actuelles.

Cette étude nous apprend aussi une donnée ultra-pertinente qui vient souligner tout ce dont nous vous avons parlé précédemment (roulement de tambour 🥁) : Les posts qui contiennent des emojis provoquent beaucoup plus d’interactions que ceux qui n’en contiennent pas. Les données estiment aussi que 50% des comptes, sur Instagram, n’utilisent pas d’émoticônes, cela revient à dire qu’encore aujourd’hui, 50% des profils Instagram n’adoptent pas la bonne technique 😮 !

Que votre publication soit habillée de 2 ou 10 emojis, là n’est pas la question, l’important est de les utiliser, point final. Aussi, plusieurs tendances se dégagent :

  • Moins de 1000 followers : + d’émoticônes = + d’interactions
  • Entre 10 000 et 100 000 followers : Entre 4 et 10 émoticônes par post

En bref, les posts Instagram qui intègrent au moins 4 émoticônes enregistrent les meilleures performances ! Attention, il faut ensuite réfléchir à une utilisation qui fait sens pour dégager au mieux un côté personnalisé et chaleureux.

Ainsi, nous ne pouvons que vous encourager à les utiliser si vous souhaitez mettre en place une démarche de storytelling autour d’un visuel ou bien tout simplement donner un titre au dit-visuel, un peu à la Caption This !

D’autres organismes spécialisés dans les études web ont pu mettre en exergue des constats supplémentaires. Prenons par exemple Upspot qui nous démontre que l’emploi d’émoticônes dans un tweet peut augmenter son engagement de 25%, faire augmenter le nombre de likes d’une publication Facebook de 57% et ses commentaires de 33% ! Des outils parfaits, gratuits et à la portée de tous qui peuvent donc faire la différence. Des théories plus scientifiques viennent apporter une explication à cet engouement autour de l’illustration. Selon la neuroscience, le cerveau humain a plus de facilité et surtout de rapidité à traiter les éléments visuels en comparaison des écrits, on parle de 60 000 fois plus de fluidité dans le traitement de l’information 😮. La science a parlé…🧬

Chef de projet digital

S’il pouvait écrire nos e-mails, nos correspondances avec mamie, l’être aimé, ou notre inspecteur des impôts, on lui confierait. Notre plume, c’est lui. On a inscrit Romain au prochain prix Goncourt pour sa dernière campagne client. S’il n’est pas sélectionné, on lui remettra quand même le prix du hipster le plus stylé.